Initiative Citoyens en Europe

Le choix d'Arno

par Francis-André Wollman et Martin Andler

30 juin 2006

C’est donc le 30 Juin que se termine la scolarité des enfants de France. Et c’est le 30 Juin que s’ouvre une période d’angoisse sans précédent pour des milliers de familles sans papiers dont les enfants sont scolarisés. Le ministre de l’intérieur l’a dit : ces familles sont destinées à être expulsées à moins qu’il ne soit fait preuve, en particulier, de la bonne insertion scolaire de leurs enfants. Les dossiers nous dit on, seront donc examinés au cas par cas. Pour preuve de l’attention portée à cette question, le ministre de l’intérieur a nommé un « médiateur », Arno Klarsfeld, dont la fonction sera de trier ceux qui peuvent rester de ceux qui doivent être expulsés.

Nous vivons un monde de signes, de symboles, désormais placés au cœur de la communication politique. Le ministre de l’intérieur, que tout désigne pour devenir prochainement candidat à la Présidence de notre République, est orfèvre en la matière. S’il s’agit de trier ceux des enfants de sans papiers qui méritent de rester parmi nous, ce sera Arno Klarsfeld. Pour la plupart d’entre nous, ce médiateur-trieur porte un nom qui le dépasse. L’action de ses parents a permis à beaucoup de familles françaises ou étrangères, de retrouver après de longues années de douleur muette, la trace de leurs parents disparus dans les camps pendant l’occupation. C’est ainsi que les enfants juifs exterminés ont retrouvé un visage et un nom grâce au mémorial de la déportation des enfants juifs de France, enfants français comme enfants étrangers.

Nous sommes horrifiés du cynisme qui préside à cette nomination. Il aura donc été décidé d’instrumentaliser un symbole magnifique de défense des droits humains, pour rassurer les parents et les enseignants qui se mobilisent pour soutenir les populations visées, pour leur faire croire qu’aujourd’hui en France, le mal serait banni, nécessairement banni par la magie d’un choix emblématique.

On ne joue pas impunément avec de tels symboles. Nicolas Sarkosy est un pyromane qui va attiser la haine qui se déploie dans la douleur des arrachements familiaux. Chacun comprend sans difficulté l’usage qui sera fait de ce choix par les racistes qui prolifèrent au sein de chaque communauté : Arno Klarsfeld triant des enfants, pour la plupart d’origine asiatique, africaine ou maghrébine.  L’histoire n’est pourtant pas ancienne, qui a montré comment les commanditaires de l’injustice et des persécutions ont placé sur le devant de la scène des intermédiaires apaisants, qui collaboraient de fait à leurs funestes projets.

A droite, cette famille reste. A gauche cette famille est expulsée. Cette image est abjecte car le choix de faire porter sur un seul nom, la responsabilité des expulsions, est abjecte. Et,  comme si l’abjection du ministre ne suffisait pas, il a fallu en entendre immédiatement les échos redoublés par la première intervention du médiateur-trieur, sur le ton sans doute approprié d’un gamin dans une cour d’école. Il disait en substance sur nos radios le jeudi 29 Juin qu’on ne pouvait bien sûr pas accepter toutes les familles étrangères ayant des enfants scolarisés car ce serait alors trop facile : « ce serait comme à chat perché, il suffirait d’arriver, de mettre son enfant à l’école et de dire - PERCHE ! -, je suis intouchable » A droite l’enfant qui reste, à gauche le chat perché, qui est expulsé.

Nous avons honte, pour la mémoire des souffrances passées. Nous ne pouvons tolérer cette instrumentalisation des souffrances à venir, combinaison du cynisme et de l’indécence.

Nous demandons solennellement à Arno Klarsfeld de renoncer à cette abjecte fonction de médiateur-trieur.

Francis-André Wollman, biologiste, Directeur de Recherche au CNRS
Martin Andler, Mathématicien, Professeur des Universités
Vice-présidents d'ICE